FAQ

Quand-est ce que tu trouves le temps de faire cela ?…

…Vous n’avez pas de travail ? Là c’est moi qui conclue comme ça, en vérité les gens ne le disent pas et les amis savent que « j’ai un métier ». En fait, non, je n’ai pas arrêté mon travail.  Je n’ai pas pris non plus de congés sabbatique. Une fois encore je ne réalise pas d’autre performance que de prendre en photo et raconter le maximum de ce que je vois ou perçois. Quant à mes capacités, je n’ai pas besoin de les pousser longtemps pour savoir jusqu’où je peux aller : pas plus de 20 km par jour à pied. Le maximum ce fut 22. Et pas plus de 6 jours d’affilée jusqu’à maintenant. Je fais donc tout bout par bout avant de retourner travailler. J’en ai donc facilement jusqu’à la retraite ! Plus je m’éloigne, plus je me dis qu’il faudra bien trouver des plages de temps plus importantes.

J’ai vu que dans ton coffre il y a un vélo ! Alors c’est à pied que tu le fais ou à vélo ?

Enormément à pied. J’avoue qu’il m’est arrivé deux ou trois fois de prendre le vélo quand, par la force des choses, il m’est impossible de longer la côte à cause d’une installation établie sur plusieurs kilomètres et interdisant l’accès au littoral. J’ai aussi fait les plages du débarquement en vélo, tranquillement, car c’est praticable juste en bord de côte. J’étais content d’avancer mais je ne suis plus très sûr que ce fut une bonne idée. Mon récit de cette portion de littoral le dira.
En fait le vélo sert à revenir au point de départ le soir. Ce qui est parfois indispensable, comme dans la Manche qui dispose de très peu de transports en commun.

Tu arrives quand-même à voir tout ça juste quand tu passes ?

Oui et non. En principe je ne reviens pas sur les lieux, sauf si une autre opportunité me permet d’y retourner , comme c’est souvent le cas dans le Nord-Pas-de-Calais (j’ai toujours mon appareil photo avec moi). Pour les mini dossiers, je prends évidemment des rendez-vous en marge de mon cheminement.

Tu vas faire toute la France ?

Oui, si la santé me le permet.

Même la côte d’Azur et tout ?

Oui, dans la mesure où c’est en France.

Tu fais aussi les Iles ?

Pour l’instant seulement celles qu’on peut gagner à pied et de surcroit au moment où j’y passe. Les Iles, je les ferai à la fin, peut-être. Lors d’un autre tour.

Pour prendre ces photos, c’est  un bon appareil que tu as ?

Merci d’abord du compliment. J’utilise un Canon Eos 60D doté d’un seul et même objectif Tamron 18-270mm. C’est donc du matériel d’amateur, d’un assez bon rapport qualité prix. Je ne suis toujours décidé à me charger davantage d’un bon téléobjectif (ça manque pour les animaux) ou d’un pied. Ma seule prétention est de saisir ce que je vois en y gardant les couleurs, les atmosphères le plus fidèlement possible à ce que j’ai originellement perçu. Toutefois, on se rend compte, sur certains soleils couchants, que je n’y arrive pas toujours. En tout cas, pas de photoshop ! Je n’en aurais pas le temps de toute façon.

Ca va être un travail de fou ?

Un gros travail de collectionneur surtout. Mais oui, c’est quand-même certainement un travail de fou,  je ne peux pas prétendre le contraire. Mais avec la patience et la méticulosité d’un collectionneur.

 

Publicités

2 commentaires

  1. Bonjour Dominique
    Tout d’abord, félicitations pour la distance déjà parcourue …
    Ensuite merci et bravo pour ce partage de photos et la qualité des articles que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire … à quand la suite ?
    En 2014, ma femme et moi avons eu la même envie de commencer à longer le littoral à pied ; après avoir parcouru la Côte d’Opale (la plus belle à ce jour avec la Baie de Somme), le littoral Picard et la Côte d’Albatre, je commence à penser à la suite.
    J’aimerais savoir si on peut longer les plages du littoral Bas Normand au plus près comme dans le nord ; ce qui n’est malheureusement pas toujours possible sur la côte d’Albatre.
    Merci d’avance pour votre réponse
    Au plaisir de vous lire

    1. Bonjour Pierre,
      En effet, il est assez difficile de circuler à pied sur la côte d’Albâtre. En bas, la plage n’est pas aussi importante que cela à marée basse. Son accès est interdit à cause des risques d’effondrement et du nombre peu important de valleuses permettant à marée montante un repli stratégique. En haut, il n’y a plus de chemin, sauf aux alentours d’Etretat.Je ne compte pas les centrales nucléaires et installations portuaires industrielles qui nous détournent bien du sujet, parfois sur plus de 10Km.
      Après le Havre, cela va beaucoup mieux. Surtout si l’on accepte de marcher sur le sable comme entre Honfleur et Cricqueboeuf (hors marée haute quand-même). Aucun problème sur les stations balnéaires, évidemment.Ok pour les falaises des vaches noires, plutôt à marée basse pour plus de sûreté. RAS ensuite jusque Ouistreham, où il faut contourner le port ferry. Après Arromanches, de mémoire ça peut être un peu pénible. Plus de plage et chemins pas tjs géniaux. Après Ste Honorine ça va mieux. Après, on tombe sur les plages du débarquement, grosso modo ça va. Dans mon souvenir, le Corentin, dans l’ensemble, c’est du gâteau, paysages compris. Sauf Flamanville. N’hésitez pas à me demander d’autres avis. Vous viendrez ici me raconter ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s