Chalets de Calais, de Blériot

Veilleurs placides en quête de temps cléments, les chalets sont posés sur la plage, face à la mer. Saturés de sable et de sel par les vents dominants. Protégés des flots comme le seraient des morceaux de sucre sur la table face à un bol de lait renversé.
Ainsi Carnac a ses menhirs.  L’île de Pâques a ses géants.  Et Calais a ses chalets.
Peut-être même la plus grosse concentration de chalets. Ici, près de 500 totems à la gloire du soleil ont été dressés. Pas de sang versé en sacrifice, juste peut-être la peau, parfois ointe d’une sainte crême dédiée au dieu soleil.

Comme nulle part ailleurs les chalets de Calais, jusque Blériot, la partie la plus orientale de Sangatte, sont l’âme de la plage.
L’âme. Le charme. L’utilité aussi, d’après certains.

A37-010315Bleriot38

L’âme, c’est déjà celle des gens du Nord, des gens qui ont peu, ou qui ont eu peu. Et des gens qui font de ce peu toute une montagne. Et c’est sans doute pour cela que la moindre cabine s’appelle « un chalet », tout comme le plus famélique thuya qu’on laisse filer, ici, cela peut s’appeler un « sapin ».

Aussi, quand un chalet est fracturé, c’est un véritable raz-de-marée dans les esprits profanés. En même temps, il faut compter au minimum 2500 € pour une occasion dans un état correct, 6000 € pour du neuf, 200 € à chaque coup de peinture… sans compter le coût de concession d’un espace.

Que l’on soit riche ou peu fortuné, ce n’est pas rien d’avoir un chalet…

A37-010315Bleriot34

Et tant de belles histoires familiales s’y sont déroulées qu’on y reste attaché.

La mode des cabines date du début de l’histoire balnéaire. Les bourgeoises s’y changeaient. La cabine était montée sur une charrette attelée. On déposait la baigneuse à fleur d’eau, en sorte qu’elle ne soit pas aperçue, en ces temps prudes, dans une tenue qui aurait contrevenu aux convenances.

Par la suite, il s’est avéré très pratique de disposer d’un local renfermant accessoires de bains et chaises longues pouvant rester à demeure. Le chalet devient pour un jour une résidence secondaire chargée de beaux souvenirs. On se bat alors pour le garder et l’entretenir.

Et puis, le charme des cubes immaculés coiffés d’un camaïeu donne à la promenade en front de mer un intérêt certain dont les résidents peuvent s’honorer.

Cliquer

Aujourd’hui, le chalet est normé : 2m50 x 2m50, et une terrasse de 60 cm tout au plus. Il doit être obligatoirement peint en blanc, désormais. Les pouvoirs publics veulent juste plus d’harmonie visuelle. La loi littoral impose en outre la création d’ouvertures sur la mer et de ce fait, leur diminution à 350 pièces est programmé.

Pas d’éradication en vue. Sauf peut-être par la mer. C’est déjà arrivé. La collectivité en tout cas ne compte pas y toucher. C’est que les chalets comptent pour beaucoup dans l’attrait touristique du front de mer de Calais.

Cliquer

On leur prête aussi la vertu de retenir le sable sur la plage. Alors personne ne s’en plaint, ou si peu.

A37-010315Bleriot25La plage à marée basse. Le vent d’ouest emporte de sable vers le port. Les chalets sont au fond, vers la droite.

Un avant port, une digue, une superbe plage et toute la vie créée par chaque éléments que l’on peut embrasser du même regard et vivre tour à tour font du front de mer de Calais un endroit d’exception.

Prochaine étape à Sangatte !

Renseignements utiles :
• La promenade sur la plage, comme sur la digue, ne présente aucune difficulté. On peut évoluer au milieu des chalets.
• Des photos des cabines de plage en 1900

Publicités

Le port de Calais

Dossier associé : Les ferrys et le trafic transmanche (Dossier 9)

Chacun des ports de la côte d’Opale a sa petite spécialité. Un peu comme dans l’histoire des trois petits cochons. Dunkerque  pour le vrac et les volumes, Boulogne pour la pêche… et Calais pour le transit…Bien sûr, cette répartition n’est pas catégorique. Chaque localité s’est battue contre les autres pour attirer briques et ciment et ramasser tout ce qui peut faire bouillir la marmite qui éloignera le loup. Mais le loup est quand-même venu. Et le loup, c’est la compétition mondiale face à laquelle les ports auraient sans doute gagné d’avancer un peu plus en rang serré.  La population des trois ports décroit. Ici on manque de travail et cela n’aide pas à aborder les nouveaux défis sereinement.

A35-041015CalaisOuest041

En attendant, Calais continue de vivre.  L’arrivée du tunnel sous la Manche n’a pas stoppé le ballet incessant des ferries, véritable pulsation de la cité littorale.

Mais le coeur de Calais bat au rythme des anglais. Et la construction de Calais Port 2015, prochain grand rendez-vous économique de la ville, ne semble pas déroger à l’habitude puisqu’il s’agira de desservir la façade est de l’Angleterre. La ville retient d’ailleurs souvent son souffle à cause de la proximité du royaume. Quand la couronne d’Angleterre désire un pied à terre en France, voilà la ville assiégée, affamée, annexée pour des années. Quand la révolution industrielle se construit outre-Manche, les premiers métiers sont montés pour la mondialisation de la renommée des dentelles de Calais. Quand la Grande-Bretagne est attaquée, la ville de Calais, par l’un ou par l’autre,  se retrouve décimée. Le cours de la livre augmente ? Les oulet centers et autres cash and carry viennent alors canaliser profitablement le déferlement de consommateurs anglo-saxons avides de marques, de bières et de vins…
Et c’est une fois encore le Royaume Uni qui est à la source du nouveau défi auquel la cité se voit confronté : le blocage des exilés à Calais, suite à la signature des accords du Touquet. L’esprit corsaire doit avoir fait son temps (il y en a eu à Calais, certes moins connus que Jean Bart et Surcouf). Il est temps d’apprendre l’anglais : le pas de Calais doit porter la ville jusqu’au coeur de l’Angleterre.

Quoi qu’il en soit, dans le vieux port de Calais et sur la plage, à l’est de de la ville, les tensions disparaissent au rythme du mouvement indolent d’impressionnants bateaux laissant malgré tout les pêcheurs à quai impassibles, de jour, sous la neige, comme de nuit…

Calais-jour

L’ambiance est  moins « mer du Nord » qu’à Dunkerque  On sent presque l’effet de cassure du trait de côte entamé par le site du cap Blanc Nez, non loin de là. Un urbanisme ingrat au premier abord ne vient pas à bout du charme des plans d’eau. Les grandes manoeuvres maritimes ont pris le large un peu plus à l’est. Mais la vue sur l’avant-port est totale, sans obstacle ni contre-jour.  On peut contempler les entrées de tous les navires à partir de la jetée. Jusqu’à l’ouverture du port 2015 en tout cas.

Cliquer sur les photos, pour une fois plus légendées que d’habitude !

Calais-neige

Le front de mer s’engourdit. Eloge à la lenteur. Tout s’arrête. Sauf la pêche. Sauf les ferries. Mes plus belles prises de Calais sont d’après moi ici.

Cllquez sur les photos

Il neige peu souvent à Calais. Nous en avons un peu profité.

Calais nuit

A l’approche de la nuit, c’est un ballet de lumières qui anime l’espace portuaire de scintillements éclectiques. Navires, enseignes et balises font en sorte que le port ne dorme jamais.

Cllquez sur les photos

A35-041015CalaisOuest111

Le prochain article sera pour une bonne part ensoleillée. Cap sur Blériot-Plage et sa forêt de cabines.

Renseignements utiles

  • Sur la complémentarité et les rivalités des ports de Flandre occidentale au Moyen-Age, voici un article d’un chercheur ;
  • Un ouvrage en ligne traitant de l’essor de Calais fin XIXème début XXème, qui façonna l’activité économique de la cité jusqu’à ce jour
  • Le rapport du CESER « Région Nord ‐Pas de Calais : quelle stratégie pour le ports de la façade maritime ? » détaille les enjeux et les difficultés d’aboutir à une  action concertée des ports de la côte d’Opale.
  • A lire (c’est synthétique), le projet de territoire de la CCI Côte d’Opale
  • Le site du Port de Calais
  • L’histoire de Calais, que je n’ai pas détaillée, est ici
  • Et ici, es photos historiques de l’aménagement du front de mer

Calais, front Est… et rien de nouveau

Les lecteurs soucieux de l’image de Calais vont certainement maudire cette page, et d’autres encore s’en trouver déçus, mais voilà…  En cheminant d’Est en Ouest dans le sens de la marche, on traverse d’abord une zone qu’il serait difficile de trouver heureuse. L’arrivée à Calais donne donc cela… Un mur blanc face à la mer.

La rocade qui entaille la partie orientale de Calais enfilait déjà les mondes les plus crus comme des perles. Sitôt les tours résidentielles du Beau-Marais dépassées, on surplombe des dunes malades d’être trop proches des turpitudes humaines. Il y a aussi, sur le front de mer, le vaste espace goudronné d’un terminal d’hoverport désaffecté (Voir les renseignements utiles)… et puis ces losanges enflés de métal noir que Tioxide présente sans pudeur aux vents marins. Mais l’usine est sur le point de fermer. Enfin, on tombe sur le gigantesque terminal des ferries pour l’Angleterre.

Ah oui ! Il y a aussi cet « exit » dont on peine à croire qu’il mène aussi au centre d’une ville, tellement le bout de tout semblait atteint.

La touche finale de ce décor en attente de nouveaux devenirs vient d’être apportée par une double clôture de métal blanc érigée sur plusieurs kilomètres, dans le prolongement d’un camps des réfugiés placé à l’endroit même du milieu naturel concédé par la chambre de commerce en compensation des dérangements causés par les prochaines infrastructures portuaires.

La « jungle », comme on pensait que les afghans l’appelaient. La « lande », comme les autorités préfèrent la nommer. On parle même de « new jungle » aujourd’hui, pour qualifier cet ultime emplacement concédé.

A34-200615CalaisEst41

A Calais, les nuages sont redessinés, gribouillés aux barbelés. Certes, on protège partout les installations portuaires. Mais jamais a ce point là…

Comme pour bon nombre de murs séparant les lieux, les hommes les uns des autres, le rideau de fer blanc de Calais symbolise toutes les incapacités d’intégrer.

Intégrer véritablement pourquoi ces gens sont là. Et d’en déduire l’obligation de les accueillir comme il se doit.

Intégrer que la présence de réfugiés à Calais est inévitable et durable. Et que la cité doit se préparer à construire une véritable économie tournée vers l’hospitalité. Il lui faut même prévoir non plus de gérer l’afflux mais de vivre  avec une communauté d’exilés, comme cette région sut le faire par le passé. Ce qu’elle peine aujourd’hui à envisager. Et c’est peut-être l’absence d’issues à venir pour chacun qui fait le plus mal.

Car tout le monde ou presque est dans la peine… Les riverains plutôt aidants, sont maintenant accablés par la concentration provoquée. Les professionnels sont exaspérés par la gêne et par les risques. Les forces de l’ordre sont dépassées. Les bénévoles des associations caritatives sont épuisées. Mais elles continuent, soutenues par la solidarité de commerçants et de nombreux donateurs individuels.

Les réfugiés, eux, sont aussi à bout. L’attente sur place est plus longue. Les manifestations d’hostilité sont plus pesantes. Les passages sont plus difficiles et plus risqués. Les conditions de survie sont indignes. Vraiment indignes.

Cliquer sur ces photos, sans besoin de commentaires

La mer ? La pire des barrières. Peut-être déjà bravée ailleurs dans la peur et la douleur, elle le sera encore, c’est sûr, s’il n’y a pas d’autre moyen. Pour un peu plus de sécurité. Pour un peu plus d’avenir.

D’autres aspects auraient pu être abordés sur la partie Est de Calais. J’ai choisi de ne pas le faire par respect pour tous les gens pour qui l’avenir s’est arrêté à Calais. J’adresse une pensée à ma grand-mère Virginie Théry épouse Lenaerts, par deux fois évacuée, qui m’a tout raconté.
Dans le prochain article, nous découvrirons comment le pouls économique de la zone portuaire continue de battre malgré les difficultés. Et nous parlerons quand-même d’avenir, avec le port de Calais 2015. Je conseille toutefois de parcourir deux pages sur les Hovercrafts ci après, car je ne pense pas en reparler.

Renseignements utiles :

Des Hemmes de Marck à Calais

Âme solitaire, esprit mélancolique, guetteur d’instants d’éternité… les Hemmes de Marck ont été étalées sur la Terre pour vous. Il faudra peut-être partager l’espace avec un cavalier ou un pilote de char à voile, probablement aussi avec un chasseur. Mais ce qu’il reste à chacun est immense. Une fois la dune franchie, c’est à peine si l’on distingue la mer nichée à 3 kilomètres, après les prés salés et les vasières qu’un large estran vient border.
Dans ce lieu, l’idée ne viendrait donc à personne de se croiser. Chacun à son affaire. Cela semble convenir à tout le monde.

Cliquez sur les photos

La succession de biotopes confère au site une fonction nourricière , notamment pour les oiseaux dits « limicoles« , autant qu’un refuge. Les chasseurs sont de ce fait très présents. Les volatiles sont abattus à proximité de huttes dans la la dune, ou encore à partir d’une hutte mobile – parfois dénommée cercueil – disposée sur la plage, et dans laquelle le chasseur se faufile et reste tapi en attendant la proie. On chasse enfin « à la botte », en marchant le long de la côte.

Et des bottes mieux vaut en avoir, que l’on soit chasseur ou pas. Par temps gris, on ne peut que conseiller de bien se vêtir. La sensation d’immensité renforce sans doute exagérément celle de froid.

Une fois habillé, bienvenue au carnaval des animaux…

Cliquez sur les photos

Ainsi donc, sur cette immense étendue on pratique le cheval, le char à voile… On ramasse aussi les coques. L’ancien terme calaisien pour les désigner, c’est les « huchettes ». Les huchettes sont enfouies dans la vases et on les déniche à l’aide d’un râteau.

Du haut de la dune, on peut apercevoir la succession de digues qui furent à l’origine du polder.

Enfin, plus très loin de Calais, dans un paysage presque irréel, le plus  improbable encore, le phare de Walde, tient du mirage. Ce phare reclassé en feu, puis mis hors de fonction depuis 2001, borne l’horizon depuis 1859. C’est un des deniers vestiges de phare de construction métallique de notre littoral, que la Fédération Régionale pour la Culture et le Patrimoine Maritimes (FRCPM) fait classer comme monument historique pour le sauver d’une démolition qui eut été sans cela presque certaine.

Cliquez sur la photo

A33-030313Hemmes_Calais04

Un mirage que ce phare, disions nous… Presque une farce.  Prévu comme il se doit d’orienter les navires, l’édifice serait responsable de plus d’un naufrage. Les carcasses alentour semblent l’attester. Mêmes les phoques viennent s’échouer à son pied, comme pour confirmer la véritable vocation de cette construction d’apparence chétive mais qui chemine tout doucement vers un bicentenaire d’expositions à l’eau, au sel, au vent.
Il fallait sans doute qu’existe un point paroxystique de ce type pour séparer la Manche et la Mer du Nord… Car c’est là, au phare de Walde, précisément, que la délimitation entre l’une et l’autre s’opère. Dans ce no man’s land où le temps est ralenti, comme à la fin d’un film fameux de Kubrick.

Dernière prise de souffle avant Calais…

Renseignements utiles
– Pour accéder au site, le mieux serait encore de joindre le coeur du hameau éponyme et de prendre la voie vers la dune qui dessert le club hippique et la base de char à voile.
– La plage s’étend sur plus de 7 kilomètres. Les bottes sont souvent indiquées. je m’en suis sorti avec de bonnes chaussures de marche. Mais j’ai bien louvoyé !
– Un peu plus d’indications sur le phare de Walde, sur le site des phares et feux de France. Et ici, un hommage de 1867 à cette construction plutôt insolite.

Le Platier d’Oye

Entre Dunkerque et Calais, il existe un endroit de charme et comme souvent, de fragilité.
Le Platier d’Oye est le point terminal d’un espace gagné sur les eaux. C’est aujourd’hui un lieu très convoité.
Convoité pour la chasse, qui cristallise depuis longtemps sur le secteur une controverse médiatisée jusqu’au niveau national.
Convoité par la faune et la flore d’une exceptionnelle richesse, un cadeau de la nature à ce lieu artificiel qu’il a fallu,  justement,  protéger du tempérament de certains hommes par un classement du lieu en zone naturelle.
Convoité enfin par une mer un peu jalouse et désenchantée, elle aussi, par nos esprits impénitents. Ses assauts sont repoussés aujourd’hui tant bien que mal par des protections improbables. Celles-ci, comme nous le verrons, semblent toutefois efficaces (voir prochainement le dossier).
Passons donc en revue ces trois aspects.

Qui va a la chasse…

… Garde quand même sa place, mais pour plus trop longtemps.. Nous retrouvons à l’Est, en venant de Grand-Fort-Philippe, aux Ecardines précisément, des huttes, comme on les appelle ici. Les chasseurs ont au sujet de ces huttes le même statut que les bouilleurs de crus. Les huttes ne pourront être vendues pas plus qu’elles ne se passeront entre les générations pour continuer une pratique jugée indésirable par les autorités. Ce petit coin sans doute oublié par le jeu de pressions locales lors la délimitation de la réserve naturelle permet donc encore pour quelques temps de « planquer » aux ras des de bassins creusés exprès pour attirer les volatiles.

Cliquez sur les images.

Sur le reste du platier, les huttes ont été déplacées pour la plupart au lieu-dit du Fort Vert, vers Calais, tandis que d’autres, 6 au total, furent réinstallées juste à la frontière ouest du platier. C’est alors au tour des chasseurs de devenir verts. La mer a eu tôt fait de balayer 4 huttes. Fort marris, les chasseurs chassés par la marée se sont réinstallés dans la réserve et la situation a dès lors gentiment dégénéré. Après 4 ans de négociations jugées amiables, faute de pouvoir bouger les chasseurs, c’est le contentieux qui fut déplacé, sur le terrain juridique. Après avoir perdu au tribunal administratif puis en cassation, les chasseurs persistent à tirer les volatiles dans la réserve. On en vient parfois aux mains. Les écologistes en appellent finalement au droit européen, qui sanctionne alors la France… Aujourd’hui, les choses se sont un peu calmées, il ne reste donc que quelques « bouilleurs de crus » autorisés à distiller du plomb dans les flaques d’août à fin février, puisque des dérogations d’un mois sont accordées par l’Etat, la chasse devant normalement s’arrêter fin janvier.

Cette place est réservée !

Ainsi donc, le Platier d’Oye est un endroit exceptionnel dont la physionomie rappelle assez bien les dunes de Flandres en vertu d’une exposition identique face à la mer du Nord. La dune, de plus de 15 mètres, protège ici des polders situés jusqu’à 3 mètres en dessous du niveau de la mer. Ce milieu complexe associant dune et polder est également doté de vasières. Le tout devait être protégé.

Cliquez sur les images.

La mise en réserve naturelle date de 1987. On dénombre à ce jour plus de 230 espèces animales dont 85 patrimoniales et pas moins de 300 plantes avec plus 80 espèces protégées…

Un bras de fer engagé avec la mer

Un bras de bois plus exactement. L’action combinée du vent, de la mer et des activité anthropiques a nécessité d’équiper la plage de structures légères de défense conçues pour casser les énergies naturelles déferlantes. Ces aménagements se présentent sous forme de pieux enfoncés, de ganivelles posées en haut de plage…Certaines installations répondent aux noms poétiques de « peignes hydrauliques » et autres « casiers à vent », que les flots taquinent rituellement.

Cliquez sur ces images pleines de charme.

La dégradation de la dune par une tempête peut entraîner une submersion importante du secteur. Les 167 logements du hameau des Ecardines à quelques dizaine de mètres en retrait du trait de côte peuvent être inondés. Les autorités locales veillent au grain (de sable pour le coup). Ce ne fut pas toujours le cas par le passé. Un millier d’autres logements devaient être construits ici. Mais il reste que le hameau n’est pas à l’abri des conséquences d’une vilaine tempête quand d’autres ont rabioté au passage plusieurs mètres de protection en hauteur comme en profondeur. En tout cas la  dune recule de près d’un mètre chaque année.

A31-050114PlatierdOye148 (1)

Prochaine étape dans les cieux et reflets des Hemmes de Marck.

Renseignements utiles
– Le déplacement est assez aisé, tant sur le rivage que sur les chemins aménagés dans la dune. Le franchissement de la dune pour accéder à la plage est possible pour les personnes à mobilité réduite.
– Voici la page du site des Réserves naturelles de France consacrée au Platier d’Oye
– Pour télécharger une plaquette de présentation de la nature au Platier d’Oye. Pour plus de détails sur la faune, la flore et les milieux, voir plutôt là. 
– La carte des cheminements du platier
– Un topo pédagogique sur les risques d’érosion marine spécifiques au Nord-pas-de-Calais et le rapport d’étude des risques de submersion marine en région avec des cartes détaillées. Le secteur de Oye-Plage commence page 153.
– Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs de la commune de Oye-Plage.

Un soir à Grand-Fort Philippe

Nous passons sur la rive gauche de l’Aa. Un temps maussade aux rimes d’une chanson triste de Jacques Brel laissera la place à la lumière du soleil couchant et à des ambiances de prises de vue très changeantes.
De ce côté du fleuve, l’embouchure, cernée par la digue, crée une vaste vasière bordée de maisons. C’est là que l’ancien hameau de pêcheurs de Gravelines a donné peu à peu naissance à un véritable bourg, devenu autonome depuis seulement 1886 et peuplé aujourd’hui d’un peu plus de 5000 habitants.

A30-041013GrandFortPhilippe059

Les maisons et la vasière, vues de la digue

On est imprégné par l’ambiance particulière de Grand-Fort-Philippe… Une ambiance souvent propre à ce qui est au bout de tout. Grand-Fort est au bout du chenal. Au bout de Gravelines, au point même de s’en séparer. Au bout de la zone d’influence d’une langue aussi, le picard. C’est même une enclave au sein d’un territoire dominé par la tonalité flamande. Alors ici, on a bricolé quelque chose de spécifique. Il y a ainsi tout un vocabulaire qui n’appartient qu’à Grand-Fort-Philippe. Cela a bien évidemment renforcé des liens spécifiques à cette communauté villageoise, au point que chaque habitant se voyait doté d’un surnom par les autres : Grand bobo, Kerkmé, Berlou…

A30-041013GrandFortPhilippe071

Le Calvaire des marins, au bord de la digue, point d’ancrage d’une procession le 15 août.

La pêche et la dureté du métier de pêcheur à Islande, jusqu’au début du XXème siècle, a sans doute fortement contribué à renforcer ces liens humains. La pêche à Islande faisait partir les marins 6 mois durant, de mars à septembre, à la recherche de la morue. Les conditions de cette pêche dans les eaux islandaises sont particulièrement rudes et dangereuses. Rendu sur place, le bateau se met à la dérive. Car la pêche s’effectue à la ligne. Le pêcheur reste pendant plusieurs heures sur son « mât de misère » à jeter, puis à remonter une ligne montée par deux hameçons. D’autres marins se chargent de récupérer  ces lignes à bord et et « d’habiller la morue » en la vidant et la salant avant de la stocker dans un tonneau (le paquage). Les épouses, au port, vont nettoyer les prises et les stocker à nouveau (repaquage) avant qu’elles ne soient fumées. Comme à la mine, tout le monde y était, créant cet étonnant mélange de dureté et de proximité.

Aujourd’hui, la pêche, malgré sa modernisation, a déserté les quais. Le Minck (criée à poissons) de Grand-Fort-Philippe a fermé. Il reste deux saurisseries artisanales et deux musées de la mer, l’un dédié à la pêche à Islande, l’autre au sauvetage en mer, derniers témoins de l’activité économique passée.

A30-041013GrandFortPhilippe137

Les quais du Minck, criée aux poissons, désormais fermée.

Au bout d’un monde, au bout d’une terre et d’une histoire la nostalgie prend aisément la place.
Aucun élément de modernité n’a encore recouvert, par son agitation, la puissance évocatrice des marques du passé, encore visibles, mais vides comme le sont les quais du Minck de Grand-Fort-Philippe.

A30-041013GrandFortPhilippe171

Et c’est le coeur plein de nostalgie, du gris béton de la digue ou des quais du Minck que l’on peut contempler, du meilleur point de vue, « l’autre côté », auquel, curieusement, aucun pont n’accède : Petit-Fort-Philippe, avec son phare pimpant et sa plage dégagée, prisée, vivante (voir l’article précédent).
Des salles de bal, des lotos, il reste en encore, malgré le dénuement du chômage et le désoeuvrement de la jeunesse, un caractère à Grand-Fort (Fort Flip’, comme dit ici), et cela jusqu’au coeur des frites, que nos grosses mains invitent à revenir souvent, comme l’aurait chanté Jacques Brel.

A30-041013GrandFortPhilippe173

Prochaine étape dans la nature, sur le Platier d’Oye, précisément.

Renseignements utiles :
– Pour passer de Petit-Fort à Grand-Fort-Philippe, il faut remonter le chenal de l’Ae jusqu’aux portes de Gravelines, soit un détour d’environ 3 Km ;
– Pour visiter les Musées de la Mer et du Sauvetage de Grand-Fort-Philippe ;
– Une liste autant amusante qu’intéressante des surnoms donnés aux habitants de Grand-Fort-Philippe.

Le long de Gravelines (de la centrale à Petit-Fort)

Voir également le dossier thématique n° 7 attaché  : Les centrales nucléaires en bord de mer

Quand on évoque Gravelines, on pense immanquablement à la centrale nucléaire. S’y rendre pour l’agrément du lieu parait aussi crédible que de programmer une promenade romantique à Maubeuge au clair de lune. Pourtant Gravelines est une assez belle cité, encore marquée par le charme de ses fortifications et de ses canaux… La taxe professionnelle de la centrale apporte le reste : l’argent, pour les fleurissement et les infrastructures…  La ville ne s’est donc pas enrichie qu’en uranium,  du temps où Thierry d’Alsace, comte de Flandre, y établit son port,  jusqu’à la période contemporaine d’Albert Denvers, son maire pendant plus de 50 ans si l’on tient compte du mandat accompli par sa propre épouse… Albert Denvers a pour sa part donné à la ville une centrale, une communauté urbaine et une équipe de basket. Ah oui ! le basket aussi… Le lieu fut le théâtre d’un importante activité portuaire jusqu’à ce que l’embouchure de l’Aa s’ensable. C’est là que Dunkerque a ensuite pris le relais… Nous aborderons donc quelques aspects de Gravelines en focalisant comme il se doit les sites littoraux attachés à la commune : – la centrale nucléaire, lauréate des particularismes toutes catégories ; – et Petit Fort Philippe au couchant, quand même plus sympa que l’astrologie dans la Sambre…

La centrale nucléaire la plus…
C’est une centrale à six réacteurs,  l’une des deux plus grosses d’Europe. Elle détient le record de production énergétique au Monde jusqu’à ce jour… On peut d’ailleurs la compter dans le Top 5 mondial des plus grandes centrales depuis qu’une d’entre elles, plus puissante, est à l’arrêt au Japon. A28-160415CentraleGravelines2

La centrale de Gravelines ne devait compter que 4 réacteurs. Mais la destitution du Sha d’Iran a provoqué la dénonciation par Komeini d’un contrat de deux réacteurs destinés à ce pays . Comme quoi les temps changent… Quoiqu’il en soit, les deux orphelines ont été charitablement accueillies par Albert Deniers. Gravelines  est non seulement la plus grande centrale nucléaire de France,  mais est aussi bien seule à être installée sur un polder. C’est sur ce même polder qu’on eut à déplorer 1800 morts aux Pays-Bas et en Belgique, des suites d’une submersion marine en 1953… Sur quatre centrales sur des polders, trois sont d’ailleurs implantées sur le même…  D’où le dicton : « Point n’est besoin de tsunami pour avoir des soucis« .

A28-081213CentraleGravelines07

EDF  s’est senti contraint de remonter ses défenses de côtes. Elles culminent aujourd’hui à 9 mètres. Le Braek (voir article) est à 12m50, Arcelor est donc plus protégé que la centrale. Malgré cette défense, le risque de submersion ne peut peut pas être écarté. La centrale est en effet refroidie par l’eau de mer captée dans l’avant port de Dunkerque. La consommation d’eau de Gravelines correspond au débit de la Seine à Paris. Le canal d’amenée est au niveau de la mer, c’est donc un lieu par lequel l’intrusion marine peut se faire. La partie plus au Nord où sont les voies ferrées emmenant les déchets combustibles à la Hague ou au Tricastin serait également sujette au risque de submersion. Les batardeaux ne sont pas constamment mis en place et certains s’interrogent sur la suffisance du temps nécessaire pour les installer en cas de besoin. En cas de forte marée (coefficient supérieur à 110, il y en a plusieurs par an), les digues devraient suffire, sauf s’il y a conjonction d’un vent du large, d’une tempête et de la houle qu’elle déclenche.

A28-081213CentraleGravelines04

Derrière cette falaise de dune, une ferme aquacole de bars et dorades profite de la chaleur de la température de l’eau produite par la centrale.

La centrale se situe surtout au débouché de la vallée de l’Aa et au coeur d’un système d’évacuation des eaux intérieures à la mer (le système des wateringues). On évacue beaucoup moins d’eau en cas de marée particulièrement haute et à plus forte raison quand celle-ci est exacerbée par la houle. C’est donc à une invasion aquatique venue de l’intérieur qu’il faut aussi s’attendre. Une crue du Schelvliet, cours d’eau commandé par une écluse (plus de première jeunesse) qui, en cas de dysfonctionnement, provoquerait l’invasion des eaux de l’intérieur et comporterait un risque majeur qui aurait pour conséquence minimale d’isoler la centrale de son environnement et de rendre possible l’incident majeur par explosion ou fusion d’un coeur de réacteur (voir plus de détails). Tout cela est reconsidéré depuis Fukushima. La « Côte Maximale de Sécurité » a été recalculée et Gravelines n’est pas dans les clous. Et pour qu’elle le soit ça va coûter des sous… Le Long de la centrale s’étend une assez belle plage prisée pour l’activité nautique, la pêche en surfcasting, et le ramassage de vers pour cette même pêche.

Nous arrivons à Petit-Fort-Philippe

Ah ! Petit-Fort… … S’exclamait un ami journaliste quand il vit la photo ci dessus à la une que j’ai utilisée pour les réseaux sociaux. Il faut croire que la puissance évocatrice de ce lieu-dit emporté par la fantaisie d’un phare de carnaval, fermant la course lente de l’Aa, recèle de bons moments. A30-041013GrandFortPhilippe110

Petit-Fort-Philippe est un hameau de Gravelines datant du XIXème siècle. Son phare, doté de 116 marches domine depuis 1843 le niveau de la mer de 30 mètres. Tout blanc à l’origine, il fut repeint en 1924 car les marins peinaient à le distinguer. Il marque l’entrée du chenal de l’Aa canalisé permettant de joindre Gravelines, qui fut jadis un grand port desservant les marchands de draps de Saint-Omer jusqu’à son ensablement. La pêche à Islande et le commerce de denrées pour l’Angleterre furent peut-être, avec le bois nécessaire au chantier naval de Grand-Fort-Philippe, les dernières activités économiques nécessitant d’emprunter le chenal. L’Aa inspire encore l’économie au XXème siècle… C’est à Petit-Fort-Philippe qu’est lancée Delta FM ! Sur cette image de soirée tombant sur Petit-Fort (image non traitée), notre prochaine étape présentera cette fois Grand-Fort-Philippe…

Renseignements utiles :

– En venant de Dunkerque, la centrale nucléaire crée une autre rupture après le port ouest. Il faut contourner la centrale  pour parcourir la plage qui s’étend devant l’usine. On peut aussi y accéder à partir de Petit-Fort-Phiiippe. Compter alors une bonne heure aller-retour au moins, la « texture » du sable ne permettant pas toujours de progresser rapidement.

– Nous reviendrons sur certains détails de la centrale de Gravelines dans un dossier consacré aux centrales nucléaires de bord de mer.