port industriel de Dunkerque

Le long de la Digue du Braek

Une route désespérément droite, interminable, flanquée d’un large pan incliné vers la mer.  Et un phare à l’allure improbable, à l’image de la Flandre. Il marque le point final de ce long tracé. C’est le phare de Saint Pol, classé monument historique.  Et puis du monde, ou absolument personne, façon ambiance de la La mort aux trousses, version bord de mer. C’est la digue du Braek (brisoir, en flamand). Ce large rempart couvert d’un enrobé bitumineux de 6 km de longueur a été érigé là pour protéger les installations industrielles et le bassin minéralier (voir l’article précédent), creusé à 13 mètres de profondeur. Pour cela, 14 millions de mètres cube de sable ont été déplacés sur le site de l’usine afin de rehausser cette dernière à 9 mètres au dessus du niveau de la mer. Le complexe sidérurgique auquel la digue fait face depuis les années 60 sature l’atmosphère d’un bruit de fond permanent, parfois ponctué par celui des matières tantôt chargées dans les soutes des navires, tantôt déversées sur les quais. Le vent charrie parfois le parfum des brûlures. Une odeur de travail…  

Mais le soir venu…. Le Braek est  un lieu où la circulation est interdite… mais tolérée. Aux beaux jours les lieux sont même très fréquentés. La plage est très belle et surtout très pratique pour les familles et les camping-caristes souhaitant garder leur véhicule à portée de main. Hors saison, les pêcheurs en surfcasting y prennent leurs quartiers, en général en soirée. Et c’est sans aucun doute  au coucher du soleil que l’endroit a le plus de charme…

Ici, la pêche à la crevette se pratique à pied mais aussi avec le Manoot’che, un crevettier établi à Dunkerque.

Mais la pêche la plus courante, c’est incontestablement le surfcasting, ou « pêche dans la vague », pratiquée seul ou entre amis. Souvent, le Braek accueille des concours. Des cannes de plus de 4 mètres se retrouvent alignées. Le pêcheur doit alors scruter le mouvement des eaux à plusieurs dizaines de mètres ou avoir repéré les lieux avant que la mer monte. On cherchera la bâche , ce creux de sable où sont souvent les poissons, à moins que le bar, particulièrement recherché, ne soit provoqué au coeur des vagues, où il préfère chasser. A l’approche de la digue du Clipon désormais interdite d’accès à cause du terminal méthanier encore en construction et dont les cuves s’imposent à l’horizon, la nuit tombe sur les pêcheurs. Les prises s’annoncent belles, comme les couleurs.

Renseignements utiles : – Le pont de l’écluse Charles de Gaulle qui permettait de joindre la digue du Braek à partir de Dunkerque, en traversant le Risban ne fonctionne plus. Et il est peu probable qu’il soit réparé un jour… On ne peut donc plus passer, ce qui est extrêmement problématique pour les cyclistes et les piétons. Cette rupture récente oblige à contourner sur plusieurs kilomètres le bassin minéralier dans des conditions peu sécurisées, afin de joindre le Braek par Mardyck. – La zone du Braek est classée Natura 2000. Le site du port édite de passionnantes cartes de cette zone. – Et pour les nostalgiques des années 70, un petit film sur les loisirs pratiqués sur la digue !

Publicités

Le bassin minéralier (port de Dk)

Les lieux côtiers que j’ai fréquentés dans ma jeunesse sont rares. On n’allait quasiment jamais à la mer. Mais celui-ci en fait partie. A l’occasion d’un voyage de classe, je quittai bassin minier du Pas-de-Calais pour aller visiter cette industrie saisissante qui s’appelait Usinor. Je ne crois pas avoir vu la mer ce jour là. Mais je me rappelle de sensations fortes et contrastées…
D’un côté, une attirance familière, presque irrépressible pour l’usine. Avec un père verrier et des friches industrielles comme principaux terrains de jeu et résidences secondaires on peut aimer l’usine, viscéralement. Et Usinor, ce n’était pas de la petite usine.
Et de l’autre côté, on ne peut échapper au sentiment d’oppression qui se fait sentir face à la démesure de l’élaboration de l’acier, en ce lieu sombre, sale, bruyant, imprégnant tous les sens d’une redoutable pesanteur.
Mais les vapeurs, les odeurs, les couleurs, les sonorités du crassier ne venaient pas à bout du trait de lumière immaculé du métal en fusion, canalisé par d’improbables dompteurs, totalement recouverts d’une intimidante cuirasse (qui aurait pu servir de tenue de pluie pour le bras droit de l’Empereur), et pourtant minuscules dans le décor.

A22-190115CapitainerieDK47

Que reste-t-il de ce temps qu’on prédisait déjà proche de la fin pour Usinor, devenu Sollac, puis Arcelor, avant d’être rachetée par le géant Mittal ?  Eh bien, à Dunkerque, il reste presque tout. Sur 14 sites sidérurgiques nordistes,  la région n’en garde qu’un « bord à quai ». Il doit entièrement sa survie à la mer et à la qualité du port qui assure sa desserte.
Nous contemplerons cet univers de l’extérieur. En déambulant le long du bassin minéralier.

Panorama sur les activité du port central

Le long des quais bordant  le « bassin minéralier » (selon l’ancien vocable) résident en fait plusieurs terminaux de vrac amené, via l’écluse Charles de Gaulle, par d’imposants bateaux, jusqu’à 14,20 mètres de tirant d’eau.
On y reçoit toutes les matières premières d’ArcelorMittal, mais aussi des céréales, des matières pétrochimiques et un vrac solide sous des formes multiples. On y expédie la chaux, le blé,  l’acier…
On voit aussi l’usine sidérurgique engloutir les matières et les rejeter…

A26-190115QuaiMineralier084

Environ 2 kilomètres de quai permettent d’accueillir plusieurs navires en simultané. La seule activité d’approvisionnement d’ArcelorMittal permet de disposer en même temps 5 navires à quai.

Cliquez (absolument) dès la première photo

L’activité pétrochimique connaît quant à elle un fort bouleversement depuis la fermeture de Total. En 2013, elle représente encore 3 millions de tonnes. Au Port Central, deux appontements lui sont pour l’heure consacrés.

Accompagnés par le Capitaine Pierre Trollé (cf. dossier 6), nous allons maintenant pénétrer dans une zone qui n’est pas libre d’accès pour approcher ces activités en bord quai. Le temps n’était pas de mise. Tant mieux. Il faudra peut être revenir un jour sous un soleil de plomb. Et l’atmosphère serait, soyons en certains, radicalement différente.

Les entrailles de la bête

Elle fume encore de toutes parts, l’usine sidérurgique de Dunkerque. Sur ce décor déjà en soi irréel, l’averse vient de tomber et le ciel reste chargé. L’atmosphère est aussi lourde que l’acier qui s’étend sur les quais.

L’usine de Dunkerque produit ainsi plus de 200 nuances d’acier différentes, principalement pour l’automobile, mais aussi pour l’emballage, l’électroménager, le mobilier… L’avenir de l’usine ne dépend pas seulement de sa situation maritime. Il tient aussi à la qualité de sa production.

Un bout de quai laissé en vrac…

Sur les mêmes quais, on  charge la chaux extraite des Carrières du Boulonnais et transportée par wagons. On y reçoit du sable de déneigement. Et toujours la ferraille et autre petit vrac industriel que des grosses pinces invitent à revenir souvent (air connu). Le tout représentent près de 3 millions de tonnes chaque année.

A26-190115QuaiMineralier060

Ambiance aux tonalités de fin du monde sur la plateforme petit vrac, en bout de quai. On y trouve pêle-mêle, en tas coke, laitiers ferraille et divers minéraux…

 Cliquer sur les photos.

Au bon coin des pigeons

Les céréales du Nord de la France sont dispersées dans le Monde entier…

 Cliquer sur les photos.

En tout, 330 000 tonnes de produits agricoles peuvent être stockés sur le port qui sera en mesure d’en expédier entre 1 et 2 millions de tonnes par an…

La nature quand-même…

Malgré des conditions très défavorables (activités humaines, présence de métaux lourds dans le bassin), une faune assez riche peuple les lieux.
Les pêcheurs apprécient les tacauds, flet, lieux, merlans et le bar qui y séjournent à la faveur d’eaux plus chaudes.
Fréquemment suivis par les ornithologues (tous les 10 jours !), le bassin minéralier est également bien utilisé par des espèces d’oiseaux pélagiques (qui vivent d’ordinaire assez loin au large). Ceci offre un moyen assez exceptionnel d’observation de cette faune pour le Nord-Pas-de-Calais.

A26-190115QuaiMineralier022

Des foulques macroule, ralidées qu’on rencontre plutôt en eau douce, s’effraient à l’approche.

Par l’écluse Charles de Gaulle, certains mammifères marins parviennent pendant un temps à s’y faufiler. Ainsi peut-on observer phoques et marsouins, avec un peu de patience et d’attention.

Le tout dans un lieu improbable. La nature, donc surtout.

Nous terminons notre excursion autour du bassin minéralier du port de Dunkerque par une nuit de pleine lune de septembre !

A26-200913DkBraek140

Après le Port Est et avant d’aborder le Port Ouest, je vous propose de faire un break  (celle-là elle est facile !), pour une soirée de pêche agréable.

Prochain article : la Digue du Braek.

 Renseignements utiles

– Le bassin minéralier n’est gagnable qu’à partir de la digue du Break. Les quais ne sont pas accessibles sans autorisation (poste de garde). Pour aller sur la digue du Break, il faut désormais passer par Mardyck. Le pont Charles de Gaulle à Partir de Dunkerque reste toujours levé.
– Pour en savoir plus sur ArcelorMittal : des pages françaises sur le site de Dunkerque
– Un excellent site illustré sur la sidérurgie de Dunkerque, du nord de la France et d’ailleurs
– Et pour terminer, le non moins excellent rapport d’activité « Dunkerque 2014 » dont la plupart des chiffres de cet article sont tirés.

Les officiers de port

A22-190115CapitainerieDK44 Ils sont en capitainerie ou comme ici en vigie. Ce sont les officiers de port, chorégraphes du ballet des navires au Grand Port de Dunkerque, . Et ils nous ouvrent leur porte… Et c’est le Dossier 6 (cliquer ici pour le consulter). Bonne lecture !

Et si le dossier vous plaît, pensez à la partager à l’aide des outils figurant en fin de dossier…

Dunkerque – le port industriel, Bassin Freycinet

Quelques activités disséminées sur des quais démesurés… Même les plus gros cargos « nagent dans le costume », Bassin Freycinet.
L’activité fébrile n’y est plus, mais… Le port de Dunkerque est encore pour le curieux un port industriel « à vivre ».
Une fois que nous quittons le Môle 1 reconquis par la ville (cf. la fin du précédent article), voici en effet les premiers remorqueurs,  les cargos et leurs matières sur les quais. Fait rare : ici, nous pouvons approcher certains grand bateaux.  Ailleurs, les quais sont souvent interdits d’accès, au point parfois d’occulter la vue sur la vie portuaire, jusqu’aux plus imposants bateaux… Les nouveaux enjeux portuaires de Dunkerque sont désormais placés hors la ville, Port Ouest. Et ceci explique certainement la tolérance des badauds quasiment partout sur les quais. C’est une grande chance dont nous allons profiter !

A25'020914DKFreycintet02

Nous longeons le Bassin Freycinet, du nom d’un ministre qui en ordonna la mise en chantier dans la seconde moitié du XIXème siècle à la demande d’un industriel et sénateur dunkerquois, Jean-Baptiste Trystram. Du temps de l’Empire, Napoléon avait tout misé sur Anvers… Et puis l’Empire a perdu Anvers. Avec cette réalisation complétée d’écluses, de darses et autres formes de radoub,  Dunkerque n’est résolument plus un port d’échouage, mais un grand port doté d’un immense bassin à flot disposant de plusieurs kilomètres de quais, grâce aux môles délimitant les darses. Les bâtiments, grues et autres gros équipements suivent et Dunkerque devient grâce au bassin le troisième port industriel français juste avant l’entrée dans le XXème siècle… Position qu’il a gardée jusqu’à ce jour. Aujourd’hui, on parle du Port Est pour dénommer ce bassin accessible par les écluses Watier, Trystram et Charles de Gaulle. Diverses marchandises y transitent à partir de terminaux plus ou moins spécialisés, consacrés essentiellement au vrac liquide ou solide, au sucre en sac, à l’expédition de ciment. Sans oublier la réparation navale.

Du vrac

Les quais de Bassin Freycinet accueillent toutes sortes de marchandises dites conventionnelles. Des colis lourds y transitent tels que les mats d’éoliennes. Des activités plus anciennes, il reste encore un terminal sucrier. Le vin, le tabac, mais aussi la laine qui y transitaient encore au milieu du siècle dernier, c’est désormais terminé.

De la réparation navale

Les chantiers navals sont fermés (cf précédent article). Mais le port accueille encore de nombreux navires et des plus grands pour réparation ou simple escale technique. Aux anciennes cales de radoub se sont ajoutés d’importants docks flottants capables de mettre en cale sèche des bateaux imposants….

De la chimie

Du point de vue portuaire, cette activité compte parmi le vrac liquide. En venant de l’est, tout au fond du bassin Freycinet, des concessions pour l’activité pétrochimique ferment l’accès de celui-ci vers le l’ouest, sécurité oblige. C’est alors au nord, en revenant sur ses pas, par l’écluse Charles de Gaulle,  que l’on pourra accéder (quand le pont veut bien descendre) à un autre bassin, qu’on appelle souvent Bassin Minéralier, mais qui dessert aussi un autre terminal pétrochimique (voir le prochain article, le long de la Digue du Break).

Et de l’attente aussi

Ces deux superbes navires admirablement proportionnés, par exemple, sont des bateaux d’observation scientifique en quête d’acheteur(s). Les quais du Bassin Freycinet c’est un peu la salle des pas perdus des grands bateaux en errance, bien que ces derniers n’ont pas plus de jambes que les petits. Pour cette catégorie de navire, même si la comptine ne le dit  pas, c’est pareil.

A24'-141214DkFreycinet04

Un air de nonchalance et de désuétude règne ici. La disproportion entre la longueur des quais et leur fréquentation actuelle en est la principale cause. la prégnance des bateaux venus là parce qu’ils avaient justement besoin d’un lifting est est sans doute aussi une autre. Au Port de Dunkerque il y a encore de quoi faire. Environ 3000 hectares sont disponibles pour implanter de nouvelles activités. Et n’oublions pas que nous n’avons abordé ici qu’une partie du port industriel.
Un deuxième monde portuaire va bientôt nous ouvrir ses portes, celui qu’on appelle le Port Centre ou bassin minéralier, le long la Digue du Break.

Renseignements utiles :
– Comme indiqué dans l’article, en flânant d’un môle à l’autre,  on peut approcher dans certains cas les bateaux (sauf pour les apontements pétrochimiques et le secteur de la réparation navale) Le tour du bassin est quand même long et complexe sans plan. Mieux vaut s’en trouver un. Si l’on a des jumelles, il est bon de les prendre. Les axes desservant les môles sont fréquentés. Rester prudent.
– Passage obligé sur l’intéressant site web du Port de Dunkerque. On y trouve non seulement d’appréciables renseignements sur l’activité du port, mais aussi une divertissante visite virtuelle, ou encore, la liste des bateaux à l’approche, à quai, sur le départ (avec leur destination)… C’est en rubrique « Activités commerciales ». Le téléchargement du dernier rapport d’activité (pas si difficile à lire) est aussi possible. Sur la même page, le plan du port.
– Pour connaître les bateaux  mouillant dans le Port, consulter cette carte. En dézoomant, on se rend compte en temps réel de l’importance du trafic dans le détroit. On peut cliquer sur tous les bateaux. Assez addictif.
– Il est aussi possible de localiser les grands navires sur les mers du Globe en temps réel grâce à ce site. Adorable. Il faut juste connaître des noms de navires.